Les scènes d'amour : quel cinoche!

On dit souvent de ceux qui travaillent dans le cinéma porno qu’ils rêvent de rejoindre le cinéma mainstream. A voir les 3/4 de la production cinématographique destinée au grand public, il me semble que l’inverse est tout aussi vrai.

Qu’on ne s’y trompe pas : je n’expose pas ici le point de vue d’une conscience « prude », effarouchée par la vision de corps nus accouplés : devant ou hors caméra, chacun peut bien faire ce qu’il veut de ses fesses, je m’en tamponne hautement le coquillard. Non je veux partager un constat, amusé et las, sur ces scènes d’amour, la plupart du temps parfaitement inutiles à l’intrigue, qu’on nous sert de façon systématique dans la plupart des films – français, américains… il me semble que le phénomène s’observe nettement moins dans les autres pays.

Une partie de dominos, chéri(e) ?

Des scènes gratuites, donc, parce qu’à moins d’être un spectateur complètement idiot ou ignorant des choses de la vie, on a bien compris que les deux héros énamourés ne vont pas se livrer à une partie de dominos, une fois fermée la porte de la chambre – quand ils y arrivent car, de plus en plus souvent, on a droit à la scène d’amour dans le couloir d’entrée où, n’en pouvant plus de désir, ils se jettent avidement l’un sur l’autre… Mais quand leur libido impatiente leur laisse le temps d’atteindre la chambre, le réalisateur ne peut pas s’empêcher de les suivre. Là, sa caméra filme leurs ébats sans nous en laisser perdre une miette (au cas où on douterait encore de la nature exacte de leurs relations), dans un style à mi-chemin du documentaire et de la série les « Feux de l’amour », avec force musique sirupeuse, longs soupirs extatiques, et 3 plans serrés qui reviennent invariablement

Les 3 plans obligatoires de l’orgasme

1- Sur les mains de la meuf accrochées aux barreaux du lit (vous remarquerez qu’il se tourne peu de scènes de coït sur un futon) 2- Sur ses mains qui enserrent en le griffant le dos de son partenaire (un amant exceptionnel qui en remontre aux hardeurs les plus performants) 3- Sur le visage ébloui et pâmé de la bienheureuse lorsqu’elle atteint la jouissance suprême. Après cette scène qui n’a pas fait avancer l’histoire d’un poil, si j’ose dire, le film peut reprendre son cours normal.

Une méthode Stanislawski pour les scènes d’amour ?

On devrait introduire dans les cours d’acting (non non, n’y voyez pas un mauvais jeu de mots de ma part !) un module intitulé : « comment jouer une scène d’amour ? » Parce que pour qui veut réussir dans le cinoche, les scènes de cul, c’est un peu comme le doping dans le cyclisme: difficile d’y couper.

Une réflexion sur “Les scènes d'amour : quel cinoche!

  1. Pingback: Les scènes d'amour : quel cinoche! - Les Blogueuses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s