Bonne nouvelle : un rap pour les quinquas

Voici « Fifty Rap » et ses Fifty Rappeuses, des sistas so cool !

A 50 ans, pour la 1ère fois de ma vie, j’ai écrit et performé un texte de rap. Pour célébrer dignement mon demi-siècle. M’amuser avec mes copines. Et aussi parce que j’avais 2-3 choses à dire.

La femme-yaourt : à quel âge devient-on périmées ?

Du temps de Balzac, la société fixait l’âge de la maturité pour une femme – comprenons : la phase critique, juste avant son déclin – à 30 ans. Au moins, l’auteur de la Comédie humaine lui rendait-il hommage dans son célèbre ouvrage la femme de 30 ans : « Une femme de 30 ans a d’irrésistibles attraits pour un jeune homme ». Aujourd’hui, notre date de péremption survient plus tard – mais guère, finalement, à entendre certaines remarques-couperets qui nous condamnent dès qu’on quitte la trentaine. Et des écrivains, que je me refuse à citer pour ne pas leur faire une promo supplémentaire : ils sont déjà suffisamment plébiscités et relayés par les médias et les réseaux sociaux, à coup de provocations grossières qui buzzent à tous les coups… des écrivains, dis-je, moins élégants que Balzac, déclarent publiquement qu’à 50 ans, nous sommes, au mieux, invisibles, au pire, objets de l’aversion et du dégoût masculins.

Plus célèbre que l’Homme invisible, voici : la Femme invisible !

Perso, les clichés et les préjugés, déjections de cerveaux étriqués baignant dans le formol de la bêtise et de la méchanceté, m’indisposent et me soûlent prodigieusement ! Alors, la fille de 69 que je suis a écrit une chanson pour le dire. Mais plus sur le ton de l’humour libérateur, que de la revendication vénère :

Cinquantaine approchante / Ou flamboyante / Préménopausée / Ou déjà libérée/ Tu dis qu’à mon âge on devient invisible / Tout’façons pauv’mec dégage ! t’es pas mon style ! La suite ici :

Fifty Rap, avec Josy, Ariane, Sonia, Martine et Nathalie
Paroles : Martine / Musique : Vince Prod 73 / Réal : David Zaw

N’oublie pas de t’abonner à notre chaîne Youtube : c’est le seul et indispensable soutien des artistes indépendants que nous sommes. Merci !

Bonne nouvelle : Celeste Barber existe et nous enchante !

Depuis 2015, elle nous offre des parodies de stars, et de leurs photos trop parfaites, à la fois hilarantes et salutaires. Pour notre moral, notre mieux-être, et l’acceptation de nous-mêmes: que c’est bon et libérateur, ne plus se sentir obligée d’être mince, sexy, au diapason d’on ne sait quel idéal de beauté absurde et arbitraire ! Que c’est bon et libérateur, arrêter de s’auto-dézinguer, et se regarder avec une indulgence affectueuse et complice.

Autre bonne nouvelle, Celeste Barber est suivie par 6 millions de followers sur Instagram: les mentalités évoluent, et dans le bon sens. C’est un réjouissant constat.