11 ans plus tard, je crois toujours à la perle rare…

Déménagement bientôt. Marseille toujours, mais loin du centre ville : le temps d’une vie plus au calme est venu.

Ranger, trier, choisir ce que l’on gardera et ce dont on se délestera en partant.
Ca remue les souvenirs dans des effluves de poussière et de mélancolie, heureusement adoucie par le constat (plutôt satisfait) du parcours accompli jusqu’ici.

Hier, j’ai retrouvé les textes du Blog de Plauch, que j’ai tenu avec assiduité sur la toile de 2005 à 2009. Le site hébergeur a disparu. Je n’ai plus que ces impressions papier que j’avais pris soin de tirer, comme trace de mes pensées, de mes sentiments, de mon existence d’alors.
Voici un passage du dernier texte que j’y ai publié, le 29 décembre 2009 :

« Je traîne encore quelques vieux schémas, de vieilles croyances, d’anciens réflexes qui, même si je les ai démystifiés et dégonflés, continuent à me coller aux basques, m’empêchent d’avancer aussi vite et libre de mes mouvements que je le voudrais… Lâcher prise, laisser aller sans se raccrocher à rien, rien de ce qu’on nous a appris ou qu’on s’est soi-même imposé pour tenir le coup, reste sans aucun doute l’étape la plus difficile à franchir dans mon périple.
Mais ce qui compte, c’est que l’horizon continue à s’ouvrir devant moi, un peu plus, à chacun de mes pas. Ce qui compte, c’est que mon appétit de vivre n’est pas rassasié, ma faim de beauté pas comblée, ma soif d’amour pas étanchée.
Voilà, je publie ce post et je reprends la route. Quelque part, je le sais, m’y attend cette « perle rare » dont parle Kérouac, et qu’il a cherchée à travers tous les Etats-Unis. Moi aussi, malgré les déceptions déjà subies et qui me guettent encore, je demeure une incorrigible rêveuse.
PS: si d’aventure vous croisez une femme aux traits reflétant un vécu, tout un passé, mais gardant quelque chose de l’insouciance rieuse de l’enfance, si son air solitaire, farouche, un peu rebelle, vous fait penser au 1er vers de « ma bohême » de Rimbaud : « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées », il est possible que ce soit Plauch ».

11 ans plus tard, je crois toujours à la Perle rare et je n’ai pas recousu mes poches. Tout va bien 🙂

La vie sera tou(x)jours plus drôle que nous !

Ce matin, malgré sa toux persistante, notre Président est venu, avec un dévouement exemplaire à son sacerdoce de chef d’Etat, est venu donc, prononcer un vibrant (et expectorant) plaidoyer en faveur de « l’égalité des chances » en Auvergne.

On notera le regard… fasciné, des jeunes qui assistent à ce magnifique moment de « pédagogie inversée » : les gestes barrières qui nous sont rabâchés sans relâche depuis 7 mois ne sont respectés. Et, crachotement et coup de théâtre finals ! le président arrache son masque, en prononçant cette phrase que le peuple masqué de France appréciera à sa juste valeur : « Je m’étouffe avec ça »… !

Nous mettrons sur le compte de la fièvre ce moment de défaillance de notre grand chef. Cela dit, nous ne pouvons nous empêcher d’être inquiets : cette mauvaise toux pourrait bien être symptomatique du terrible virus contre lequel la France mène sa sainte croisade hygiéniste. Prions, prions pour que notre Sauveur suprême n’en soit pas atteint ! Nous attendons maintenant, dans un mélange d’angoisse et d’espoir, les résultats de son test…

Zéro Patron : la subversion par le rire

Avec Zéro Patron, le label indépendant qu’on a créé avec David Zaw, on a pris le parti d’en rire. Et s’il est des esprits guindés dans le costume du « sérieux » pour ne pas comprendre ce choix, voilà un « plaidoyer pour le rire », que j’ai écrit tantôt :

« La subversion par le rire est nécessaire, parce que là où la lutte obstinée s’épuise et n’obtient rien, le rire réussit à dissoudre les pires résistances, à amollir les pires dictatures (sur ce sujet, je recommande vivement le formidable documentaire « la comédie aux 4 coins du monde », de Larry Charles). La subversion par le rire est la seule qui vaille, parce que, aux critiques virulentes et revanchardes, aux leçons de morale assénées d’un ton supérieur, je préfère la mise en lumière par la finesse, la fantaisie, et la noblesse d’un éclat de rire : il y a de la noblesse chez celui qui oublie ses propres soucis et souffrances, pour te faire oublier les tiens dans le rire, l’espace d’un moment salvateur et précieux. Enfin, la subversion par le rire est la plus « adéquate » avec notre condition humaine, parce que, quand on voit mourir un être cher, on éprouve dans sa chair la fragilité précieuse et fugace de la vie, et on voit bien qu’au fond, rien de tout cela n’est sérieux, n’est-ce-pas ? Alors, je choisis la légèreté. L’élégance, la grâce et la force de la légèreté. Alors, je prends le parti d’en rire. Le parti joyeux, bienfaisant, rassembleur et lumineux d’en rire.  »

Martine Plaucheur, auteure comédienne, influenceuse de joie, membre fondatrice (avec son compère David Zaw) de Zéro Patron, les productions qui ont pas peur d’être cons.

Pour venir rire de tout avec nous, c’est par ici : https://www.youtube.com/channel/UCzW-t2z7dVs8qHKsqC4IUlA

Et comme on a grand besoin de ton soutien, ça serait vraiment sympa que tu t’abonnes à la chaîne ! 🙂

L’humour : la digne arme d’une influenceuse de joie !

Lettre ouverte à nos élus (tous échelons et tous bords politiques confondus)

« Chers élus, responsables politiques, décideurs à tous les échelons de l’autorité exécutive,
L’abondance des mesures sanitaires actuelles que vous prenez pour nous protéger, et la mobilisation des forces de police pour veiller à leur application, montre à quel point notre santé vous tient à cœur. Je dirais même qu’à ce stade, cela devient de la sollicitude. Chaque citoyen doit vous en être reconnaissant. Toutefois, je regrette que vous n’alliez pas assez loin dans cette grande cause d’utilité et de salubrité publiques.
C’est pourquoi je soumets cette proposition de loi à votre étude :
Étant donné que c’est lors de la mastication que le risque de jet de postillons est le plus grand, il convient d’instaurer en urgence le port du masque obligatoire pendant que nous mangeons au restaurant.
J’attire également votre attention sur la nécessité d’une autre mesure, de grande ampleur celle-ci :
Au vu du très grand nombre de virus et bactéries que nous croisons et respirons à chaque instant, il convient d’imposer le port obligatoire et permanent d’une combinaison spatiale (ou d’un scaphandre, je vous laisse voir cela avec vos éminents conseillers scientifiques). En veillant à laisser les ouvertures nécessaires à l’accomplissement de nos besoins vitaux (ingestion des aliments et des boissons, coït, éviction des déchets naturels).
Il s’agit d’un vaste chantier. Mais je ne doute pas que, dans la belle union nationale dont vous faites montre en ce moment, vous saurez le mener à son terme.
Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les chefs de la nation, mes salutations respectueuses».

Martine Plaucheur, auteure, comédienne, et bonne citoyenne.

Kim Noubilla femme engagée !

Toujours prête à se dévouer corps et âme (surtout corps) pour défendre une noble cause, notre Kim internationale lance le slogan (et le hashtag « assorti »): « Protège-toi, protège-moi, follow-moi ! »

Garder la santé, oui ! Renoncer au glamour, non ! Le masque créé par Kim te permettra de rester protégée et sexy tout l’été. Commande-le vite, édition limitée !

*Masque Kim Noubilla : 99,99 € (frais de port offerts)

Cocktail de bienvenue pour les nouveaux arrivants sur ce blog!

Ces derniers jours, joie de constater qu’un groupe de nouveaux abonnés a débarqué sur enmodejoie.com !

Martine, votre hôte influenceuse de joie, est ravie de vous accueillir sur ce blog dédié à la joie !…

Et pour fêter votre arrivée, voici le « cocktail de joie » offert aux nouveaux venus, comme le traditionnel collier de fleurs des Polynésiens à leurs visiteurs.

Ce cocktail est hautement concentré en extraits de joie pure, shakés avec les composants suivants (ingrédients de base de ce blog) : vitamines D (pour Dérision) pour prévenir et lutter contre la sinistrose et ses effets nocifs sur notre santé mentale et physique, barres de rire énergétiques sous forme de chroniques, vidéos, chansons, actualité heureuse… et tout ce qui favorise la « poilade », ce baume bienfaisant immédiat, miraculeux et gratuit, éclats d’optimisme pour éclaircir le regard et rafraîchir l’esprit, afin de les rendre sensibles à la beauté de ce monde, et de les protéger du flot polluant de nouvelles catastrophistes que déversent en continu les médias… mise en garde : il ne s’agit pas d’un optimisme béat de synthèse, mais d’un optimisme réel, lucide, choisi en pleine connaissance de causes, qui fait le pari d’une humanité capable d’intelligence et de générosité, ayant compris que ce que nous voulons tous, au fond, c’est vivre heureux. Simplement vivre heureux…

Et maintenant, on crie tous ensemble « en mode joie ! », et… cul sec ! 🙂

Et pour finir, le lien vers le formidable et reboostant groupe Facebook de Meena Goll, une des inspiratrices de ce blog, « Magie de tous les possible » : https://www.facebook.com/groups/484242062030500/?source_id=673420356042982

A la Vie, toujours plus forte que tout !

Sermon sur la joie !

Mes sistas mes frangins !

Les sermons chiants, c’est pas ma tasse d’eau bénite, et ça passe toujours mieux en mode groove plutôt que grave…

Non c’était juste pour vous dire- sans verser dans « l’homélie » gentille, ça me soûle autant que vous – faudrait songer de temps à autre à exulter ensemble autrement qu’en se mettant sur la gueule, par exemple, et comme vous y enjoint sans cesse ce blog : exulter ensemble dans la joie !

Pourquoi ? Parce que cette vie est encore plus courte que la mini-jupe de la meuf la plus sexe de la terre ! Et sans zapper la complexité, la diversité et les nuances infinies de nos points de vue, de nos arguments, de nos convictions, au sujet des événements qui agitent sans répit ce monde, la brièveté de nos existences me semble un motif amplement suffisant pour tâcher de se les pourrir le moins possible.

Déjà que, comme dit le père Voltaire, cette vie est « naturellement » une vallée de larmes, ça serait bien cool, voire même le début d’un grand progrès pour l’humanité, d’éviter au max de nous en rajouter une couche !

Voilà donc, mes sistas mes frangins, un extrait du légendaire Sister Act, avec la divine Whoopi Goldberg : un pur moment de good vibes pour le corps et l’âme, cadeau, partage, communion, communions… tous ensemble dans la joie ! Sur enmodejoie.com, et partout où nous pourrons propager le puissant et irrésistible pouvoir de l’allégresse !

Da Vinci Mode : retrouvons notre autonomie !

A force de saucissonner le savoir en disciplines bien distinctes, chacune du ressort exclusif de son petit aréopage de spécialistes, nous nous sommes dépossédés de notre capacité à appréhender le monde d’un point de vue élargi, ouvert, pluriel.

Nous avons renoncé à la faculté de notre esprit à s’intéresser aussi bien aux lettres qu’à la science, aux arts qu’à la technique.


Il serait bon, dis-je, dans la sage stature de Joconde que m’a prêtée mon ami Jean Lou, de remettre à la mode l’idéal de la Renaissance, symbolisé et incarné par Léonard de Vinci.

Léonard fut peintre, scientifique, ingénieur, anatomiste, inventeur, botaniste, sculpteur, architecte, musicien, poète, philosophe, écrivain…
Il ne s’agit pas de viser le statut de génie universel – qui demeure, convenons-en, exceptionnel chez le commun des mortels – mais de récupérer et revendiquer notre droit à l’intelligence et à la réflexion dans tous les domaines.

Dès lors que je sais lire, écouter, m’informer, aucun savoir n’est exclu du champ de ma compréhension et de mon raisonnement.

Les experts (dont j’ai auparavant vérifié l’indépendance, la compétence, et la bonne foi) m’éclairent, mais ne pensent ni ne décident pour moi.
Si nous continuons à nous en remettre à eux, si nous continuons à leur déléguer – par inconscience, facilité, paresse… – l’organisation de la société, du travail, du système judiciaire, de santé… et de tout ce qui touche à nos vies, eh bien… nous sommes cuits les amis.

Le savoir est une arme, l’instrument de notre autonomie. Qui plus est, en accès libre sur cette extraordinaire banque de données et de partages qu’est Internet, et qui aurait fasciné Léonard, j’en suis sûre… Ne nous en dépouillons pas.

Influenceuse de joie… et prophète en connerie !

Mes gags les plus cons se réalisent ! Bouffoneries prophétiques sans boule de cristal, dans un monde où le virus du ridicule sévit fort…

Dans cette vidéo du 3 avril, je recommande la méthode du « footing permanent » pour échapper au virus que l’on sait (à partir de la 1ère mn)… V’la-t-il pas que des Préfets et des élus locaux viennent de nous inventer le concept de « plage dynamique », avec obligation de bouger sans cesse, et interdiction de poser ses fesses sur le sable !

Rions. D’un rire joyeux et frais qui assainit les idées malsaines germant dans ces cerveaux malades.