De l’Absurde au Mystique…

Tout est permis chez Zéro Patron !

Dans la nouvelle super-production Zéro Patron, il y a des agents secrets, des Russes, des agents doubles (ou triples ?), des combats à couper le souffle, une histoire d’amour et… du mystique ! https://www.youtube.com/watch?v=chaAQ5BCx-w&t=940s

La séance ciné est offerte. Nous le faisons par pure générosité et amour inconditionnel !… Mais bon quand même, si tu pouvais t’abonner à notre chaîne, ce serait vraiment sympa : les artistes indépendants que nous sommes n’ont pas d’autre soutien… Oooom ! (merciiii !)
#zeropatronproductions

Kim Noubilla femme engagée !

Toujours prête à se dévouer corps et âme (surtout corps) pour défendre une noble cause, notre Kim internationale lance le slogan (et le hashtag « assorti »): « Protège-toi, protège-moi, follow-moi ! »

Garder la santé, oui ! Renoncer au glamour, non ! Le masque créé par Kim te permettra de rester protégée et sexy tout l’été. Commande-le vite, édition limitée !

*Masque Kim Noubilla : 99,99 € (frais de port offerts)

Le CAFI (Chevaliers de l’Académie française des Insultes) ou l’art d’embellir les injures !

Dans son émission sur les Ripistes (voir la chronique du 7 juin), Zéro Patron vous a offert de magnifiques phrases pour vos RIP.

Voici à présent les magnifiques insultes du CAFI (les Chevaliers de l’Académie française des Insultes), pour changer des injures injustes aux mamans et aux filles de joie!

Une pure impro des Zéro Patron
L’intégralité du live ici : https://www.youtube.com/watch?v=jBukG6bzsj4
Merci de t’abonner à la chaîne pour nous soutenir 🙂

Influenceuse de joie… et prophète en connerie !

Mes gags les plus cons se réalisent ! Bouffoneries prophétiques sans boule de cristal, dans un monde où le virus du ridicule sévit fort…

Dans cette vidéo du 3 avril, je recommande la méthode du « footing permanent » pour échapper au virus que l’on sait (à partir de la 1ère mn)… V’la-t-il pas que des Préfets et des élus locaux viennent de nous inventer le concept de « plage dynamique », avec obligation de bouger sans cesse, et interdiction de poser ses fesses sur le sable !

Rions. D’un rire joyeux et frais qui assainit les idées malsaines germant dans ces cerveaux malades.

Je boucle la boucle

A l’instar de « la courbe en cloche » que suit – pour l’instant – l’épidémie de Covid (selon le modèle « classique » de toutes les épidémies saisonnières : stabilité – pic – retour à la normale), je boucle la boucle : voilà la vidéo que j’avais postée le 1er février.

Je craignais une contagion redoutable du « Conneria Virus ». Pendant la « crise du Covid », elle a dépassé mes pires prévisions : plus les mensonges du gouvernement étaient énormes, plus les bêtises proférées pour les couvrir le furent aussi (j’en ai tenu régulièrement le pathétique et scandaleux registre sur mon Facebook).

En ce dernier jour de confinement, si la contagion du Covid est – heureuse nouvelle ! – en baisse, celle de la Conneria Virus répandue par l’Etat ne faiblit pas : elle se poursuit à travers des menaces sans fondement scientifique (le risque de la « 2ème vague » ne repose sur aucun fait, aucune donnée existants). Des recommandations confuses, contradictoires, et en dépit du bon sens (la liste est trop longue : je vous renvoie aux « plans de déconfinement » successifs auxquels nous avons eu droit… bon courage !) Et cette propension systématique, très très énervante, à nous infantiliser et à nous punir.

J’espère ne pas avoir trop contribué – surtout pendant les 1ers jours de psychose organisée par laquelle je me suis faite avoir – à la propagation du Conneria Virus que moi-même je dénonce

Ceci étant dit – et assumé – il y a encore des cas de contamination par le Covid. La conduite qui me semble juste, jusqu’à la fin de l’épidémie – conduite que je me suis fixée par ma propre observation des faits, et mon propre jugement – est celle de la prudence sans la psychose.


Une attitude frappée du sceau du bon sens dont nous n’aurions jamais dû nous écarter si, dès le départ, des enjeux et des intérêts bien loin du souci de nous protéger, n’avaient prévalu.

Dernière recommandation de l’influenceuse de joie que je suis, et que je reste contre les vents et marée parfois violents de la vie : déconfinons nos esprits !