Mon choix est fait : je continuerai.

Enfant, avant de s’endormir, on plaçait sous notre oreiller la dent de lait tombée pendant la journée, avec l’espoir de découvrir au matin que « la petite souris » était passée.

Ce soir, avant de m’endormir, je placerai dans mon coeur ce texte de l’Abbé Pierre entendu pour la 1ère fois aujourd’hui, avec l’espoir de découvrir au matin qu’une part de sa persévérance, merveilleuse et éternelle, à croire, aimer, offrir soutien et joie, m’aura été insufflée dans la nuit : « Je continuerai »

« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir

Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine

Je continuerai à construire, même si les autres détruisent

Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre

Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité

Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte

Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.

Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes

Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur

Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.

J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…

Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »

L’Abbé Pierre