EXCLU : le prochain plan sanitaire en Macronture

ALERTE INFO : Enruth Elgriff a pu obtenir, en exclusivité, le prochain plan sanitaire que va proposer à l’approbation de lui-même le gouvernement de la Macronture. En voici les mesures-phares

1- Création d’un Conseil d’Astrophysiciens, afin d’étudier la possibilité d’instaurer un couvre-feu de plus de 24h

2- Désignation d’un Monsieur re-dé-re-dé-re-dé-re-dé-re etc… confinement

3- A propos du confinement : création d’une commission lexicale, afin de trouver d’autres mots pour le désigner, étant donné sa baisse de popularité auprès des Français. Une 1ère réunion a déjà permis de dresser une liste : « Enfermement pour notre Bien à Tous », « I.S.V (Isolement Sanitaire Volontaire), « Solitude Salvatrice », et plus ludique : « Je joue à Robinson Crusoé »

4- Greffe directe du masque sur le visage, pour toute la population à partir de 6 ans. Une greffe dès la naissance est envisagée. Le masque n’aura pas à être changé, il est conçu pour être assimilé par l’épiderme.

5- Obligation, pour les sorties exceptionnelles autorisées, de présenter un bras et/ou une fesse à l’air libre, afin de recevoir des injections des agents Vaccinator (un important contingent va être déployé, afin de couvrir tous les besoins du territoire). Le fait d’avoir déjà reçu une injection ne vaut pas dispense : étant donné la vitesse de mutation du virus, il faut faire des rappels le plus régulièrement possible

6- Toujours pour les sorties exceptionnelles autorisées, obligation de porter un cathéter qui diffusera en permanence du gel hydroalcoolique

7- Obligation également de se fixer une planche en bois de 4 m au bout de chaque main, qui permettra un respect total des gestes barrières

8- Enfin, à l’instar de ses illustres prédécesseurs Jules César et Napoléon, le Président s’auto-nommera Président à vie.

Lettre du Duc de Saint-Simon au médecin du Roy

L’histoire se répète. Il ne s’agit pas simplement d’une formule convenue : la récurrence de certains faits déjà survenus dans le passé nous le prouve. Ainsi cette lettre du Duc de Saint-Simon, célèbre mémorialiste sous le règne de Louis XIV, adressée au médecin du roi en 1702, et présentant une certaine analogie avec les événements contemporains :

« A monsieur le Premier Médecin du Roy

Comme la Cour, et tout le bon peuple de France avec elle, je suis fort marri que notre Souverain soit touché à son tour par le terrible virus que l’on sait.

J’ai appris que notre bon Roi avait contracté la maladie au cours d’un grand dîner à Versailles avec de hauts dignitaires venus de l’Europe entière, non point dans un contexte festif – comme le prétendent certains esprits perfides – mais afin de discuter d’affaires de la plus haute importance pour notre royaume. Ce sens du sacrifice, cette primauté donnée aux intérêts de la France au détriment de sa personne, font encore grandir, s’il en était besoin, l’admiration que je porte à notre Monarque.

Je ne doute pas que vous et les huit médecins qui vous assistent et qui, déjà en temps ordinaire, veillez à chaque instant sur sa santé, ne demeuriez nuit et à jour à son chevet pour Lui prodiguer les meilleurs soins, et le faire bénéficier des plus grandes découvertes de votre Science. Mais l’inquiétude me ronge, aussi je viens aux nouvelles.

Le Roi a-t-il passé une bonne nuit ? Sa fièvre est-elle redescendue? Comment est son pouls ? Est-il allé à la selle ce matin ? De quelle couleur sont ses urines ?

Pour avoir suffisamment entendu vos sages mises en garde pendant des mois, nous savons tous qu’il convient de montrer la plus grande vigilance, et de demeurer constamment masqués et enfermés pour se prémunir du virus, car vous ne disposez, hélas ! d’aucun remède ni traitement efficaces (contrairement à ce qu’affirment les faux guérisseurs, charlatans et autres épigones des druides, qui osent contester votre Savoir).

Mais alors, comment soignez-vous notre Souverain ? Lui administrez-vous des lavements et des saignées?

Nous vous saurions grandement gré, moi-même, les membres de la Cour et le peuple Français, de nous communiquer un bilan complet de l’état de santé de notre Souverain, et de nous tenir informés chaque jour de son évolution.

Puisse la grâce divine accorder à notre bon Roy un rétablissement prompt et total. »

Mon attestation dérogatoire

Attestation dérogatoire de sortie de ce monde

Je soussignée, Martine Plaucheur, résidant sur la planète Terre,certifie que ma volonté de sortir du monde actuel est due au motif suivant :

– Impossibilité de cautionner un système aux mains d’une poignée de psychopathes, qui favorisent toujours leurs intérêts personnels au détriment de l’humanité.

*Information complémentaire : à compter de ce jour, je m’engage à faire ma part, là où je suis et avec mes moyens, pour construire un monde nouveau, basé sur les valeurs de gentillesse, d’entraide et de solidarité, sans lesquelles nous ne pouvons pas vivre.

Fait à Marseille, le 2 novembre 2020,

Martine Plaucheur

L’immense satisfaction du Dr De La Frousse !

« Aaaah, enfin ! Reconfinement, trouillomètre remonté à son niveau le plus haut : nous repartons encore plus fort qu’en mars ! Et tout cela, grâce au formidable travail d’équipe du gouvernement, des médias, du conseil scientifique, des grands labos… 5 mois après ma 1ère vidéo, je me félicite de la tournure que prennent les événements.

Françaises Français, nous sommes sur la bonne voie. Tous ensemble, continuons sur cette belle lancée, et même, réclamons encore plus de peur et de durcissement … jusqu’au vaccin qui nous libèrera et nous sauvera tous ! Je compte sur vous! « 

Docteur Laurence de la Frousse, Directrice de l’IHUP (Institut Hospitalier Universitaire de la Peur)

L’étrange autocensure des artistes

On les a beaucoup entendus pendant le confinement…

Concerts généreusement offerts, publication de leur « journal d’un confiné », incitation à nous faire applaudir à nos balcons…

Et étrangement, aujourd’hui, comme le remarque Fabien Moine dans cette analyse à la fois percutante et subtile : c’est le silence assourdissant de « la grande famille » des artistes!… à quelques exceptions près qu’il convient donc de saluer.

Ah mais je sais ! Ils sont sûrement en train de préparer les nouveaux concerts et les nouveaux textes dont ils vont nous régaler, pendant le reconfinement qui, grâce entre autres à leur mutisme, se prépare tranquillement lui aussi.

Refuser de céder à la terreur n’est pas un optimisme imbécile !

Après « complotiste », un néologisme méprisant vient de sortir dans les médias, pour ridiculiser qui ose contester le discours dominant : « rassuriste »

Rassuristes, ceux qui contredisent la propagande de peur officielle, en donnant les vrais chiffres d’hospitalisations et de décès, très nettement en-dessous de la fiction terrifiante qu’on nous martèle à longueur de temps.

Alors, ce post ne va pas être « rassuriste ». Il va vous livrer une conviction profonde que je n’ai pas pêchée dans un conte de fée, mais bâtie sur une observation et une analyse des faits qui se succèdent depuis plus de 7 mois :

Ils ne s’arrêteront pas tant que la population acceptera.
Non seulement ils ne s’arrêteront pas, mais ils vont intensifier jusqu’à l’insupportable.

Et à ceux qui attendent passivement, en pensant que « ça va se tasser tout seul » je dis : vous vous trompez.

Ce n’est pas un message de désespoir, c’est tout l’inverse : tout est entre nos mains. Tout dépend de nous. Et la question nous est enfin offerte de savoir et de choisir :
Quel monde voulons-nous ?

De décret en décré… pitude de nos libertés ?

ALERTE : « Nouveau décret pris par le 1er ministre en France dans le cadre du plan d’urgence sanitaire :
A compter du 7 octobre 2020, le port du casque rose et d’un préservatif sur le visage deviennent obligatoires dans les lieux publics ».

… dit comme ça, ça vous semble débile ? C’est pourtant le type d’ordres imbéciles et liberticides qu’on nous donne chaque jour, sans aucun fondement scientifique. Et à quoi on consent majoritairement.


*Ceci est un constat, provocateur, mais sans jugement : fidèle à mon rôle d’influenceuse de joie, je tente de secouer les esprits avec humour et bienveillance, et en m’incluant moi-même dans les aberrations que j’observe.

Le choix est entre nos mains, toujours

Le geôlier est celui qui ferme la porte de notre prison, et donc aussi celui qui détient la clé de notre libération.
Une évidence logique qui m’amène à vous partager la théorie anticipatrice que voilà (j’assume de me tromper, car prendre ce risque est le prix à payer pour qui tente de penser librement)

Nos décideurs-geôliers actuels vont bien verrouiller la porte de notre prison, et faire monter la pression des interdits qu’ils nous assènent jour après jour (avec une constance acharnée et planifiée qui tient du sadisme), jusqu’à un point intolérable (probablement un reconfinement), pour pouvoir nous annoncer alors, avec des grands airs de sauveurs :
« Ah ! enfin ! nous allons vous donner la clé de votre libération ! Plus de masques, lieux publics rouverts, liberté de circulation retrouvée ! Mais pour cela, il va falloir faire quelques « petites » concessions… Oh 3 fois rien, vous allez voir ! Et puis, n’oubliez pas que c’est la clé de votre retour à la « vie normale »!… Nous vous proposons donc : un vaccin, les tests systématiques généralisés, et un « pass » du bon citoyen vacciné, négatif, et en « statut vert », pour pouvoir enfin retourner au resto, au cinéma, à la salle de sport, voyager de nouveau… »

Et qu’est-ce qu’on dira et fera alors ?

Mais je crois savoir, et je crains, que si on ne dit ni ne fait rien maintenant, avec le pauvre espace de libertés-peau de chagrin qui nous reste – et qui me permet encore d’écrire ce texte – ce que nous subissons aujourd’hui nous semblera doux, en comparaison de ce qui est en train de se mettre en place et nous attend.

Je ne livre ce texte ni à votre approbation ni à votre critique (mais bien sûr, elles sont entièrement libres), mais à votre réflexion.

Martine Plaucheur, auteure comédienne – le 28 septembre 2020

Degainons notre jugeote !

Même si ça commence à nous les briser menu, cette histoire que je n’ai même plus envie de nommer, même si ça nous démange de dégainer le gun, on va pas céder à leurs provocations et à leur chantage à 2 balles : je te déconfine, je te reconfine, ah ben non je te reconfine pas, ah ben si finalement je te reconfine… etc etc…

On va rester calmes, courtois. Et on va dégainer une arme plus puissante : notre jugeote. Notre faculté de réfléchir par nous-même. Notre capacité de discernement.

Discernement, selon la définition du dico : « Capacité à apprécier avec justesse et clairvoyance une situation, des faits »

Apprécions avec justesse et clairvoyance la situation et les faits. Et même si on n’est pas d’accord sur tout (heureusement !) validons ensemble ces 4 distinguos :

Informer, oui. Apeurer la population, non

Rester vigilant, oui. Sombrer dans la psychose individuelle et collective, non

Surveiller l’évolution de la situation, prendre des décisions proportionnées, intelligentes et utiles, oui. Agir avec autoritarisme, sur la base de prédictions terrifiantes, dignes d’une Madame Irma d’opérette : non

Examiner avec circonspection, d’où qu’elles proviennent, les informations que l’on reçoit, oui. Censurer tout ce qui ne va pas dans le sens du discours « officiel » (que ce soit la parole des citoyens, ou celle des scientifiques qui émettent un autre son de cloche que celui du Conseil scientifique) : non

Pour clore cette chronique, voilà 2 informations rassurantes. Ce blog prône la joie. Mais une joie authentique, ni forcée ni forcenée, respectueuse de la lucidité, et ne fuyant pas ce que le réel présente à notre regard. Ainsi, lesdites informations se basent, non sur une vue de l’esprit « optimiste », mais sur des observations précises et factuelles de la situation à ce jour :

« On regarde les génomes des virus. Depuis juillet (…) nous avons 7 mutants qui ont circulé, et qui ont une distance beaucoup plus grande que celle qu’avait le virus en mars et avril. Ce virus a une surmutation qui est probablement pas une mauvais nouvelle. Quand ça se passe, c’est que ça va mal pour la bestiole » – Professeur Raoult, le 9 septembre 2020

« Ca devient du délire. Les mesures doivent être ciblées (…) La petite vaguelette qu’on a en ce moment, c’est la conséquence du confinement généralisé, puisque beaucoup de Français n’ont pas été en contact avec le virus, et le sont maintenant » – Professeur Perronne – le 10 septembre 2020.

La vie sera tou(x)jours plus drôle que nous !

Ce matin, malgré sa toux persistante, notre Président est venu, avec un dévouement exemplaire à son sacerdoce de chef d’Etat, est venu donc, prononcer un vibrant (et expectorant) plaidoyer en faveur de « l’égalité des chances » en Auvergne.

On notera le regard… fasciné, des jeunes qui assistent à ce magnifique moment de « pédagogie inversée » : les gestes barrières qui nous sont rabâchés sans relâche depuis 7 mois ne sont respectés. Et, crachotement et coup de théâtre finals ! le président arrache son masque, en prononçant cette phrase que le peuple masqué de France appréciera à sa juste valeur : « Je m’étouffe avec ça »… !

Nous mettrons sur le compte de la fièvre ce moment de défaillance de notre grand chef. Cela dit, nous ne pouvons nous empêcher d’être inquiets : cette mauvaise toux pourrait bien être symptomatique du terrible virus contre lequel la France mène sa sainte croisade hygiéniste. Prions, prions pour que notre Sauveur suprême n’en soit pas atteint ! Nous attendons maintenant, dans un mélange d’angoisse et d’espoir, les résultats de son test…