Je reprends le pouvoir !

Après 2 mois passés comme loin de moi, transportée dans un pays cauchemardesque en proie à la psychose collective, ballottée entre les injonctions contradictoires, les décisions incohérentes, et les mensonges en cascade nous éclaboussant les uns après les autres… je reprends le pouvoir ! Sur moi et sur ma vie. Sur mon esprit et sur mon corps. Sur ma capacité de juger, de choisir, de mener mon existence en être autonome, et donc libre.

« Je sauve ma vie je reste maître de moi », est le slogan que je me choisis.

C’est un moi-nous. Un retour à soi qui n’a rien d’un quant à soi. Au contraire : « Le statut-même d’humain implique la fraternité », affirme le philosophe Emmanuel Lévinas. Je ne mets en avant mon humanité que pour mieux accueillir et rejoindre la tienne.

Il y a aussi cette magnifique bénédiction masaï : « L’humanité est une quelles que soient les cultures du monde. Pars en paix, inspire toi de la beauté de ces immensités lointaines que tu visiteras ». Nous sommes nombreux à le sentir et à le savoir, intellectuellement et viscéralement : il est temps de partir vers d’autres façons de penser, de visiter d’autres manières de faire, de nous organiser, de travailler, de nous informer, de nous soigner, de nous déplacer, de nous chauffer, de nous vêtir, de nous nourrir… avec pour critère premier, surpassant tous les autres : vivre dans le respect de tout ce qui vit ici-bas.

Chacun et ensemble, à travers chacun de nos actes, et tous ces actes réunis, individuellement et collectivement, nous voilà engagés sur ces nouvelles « immensités lointaines »… que la joie, « ce carburant nécessaire à la vie, cette énergie primaire que réclame notre être », comme je le dis sur la page d’accueil de ce blog, soit notre GPS.

Journal de non-guerre de Major Pinkie – J 20 : le changement, c’est nous !

 » L’un des débats qui agitent en ce moment les réseaux sociaux, est de savoir si le moment est opportun pour dénoncer les manquements et les responsabilités de l’Etat français dans le bourbier où nous sommes…

Non ! nous intiment certains, il n’est pas temps, car il faut préserver à tout prix « l’union nationale ». Rassembler, pas diviser. Et aussi, garder notre énergie pour nourrir des sentiments et des actes « positifs »…

Le lien entre les frères et les soeurs de l’Army of Love, maintenu par l’énergie de l’Amour, c’est le programme que prône – et applique au mieux – Major Pinkie, depuis qu’elle a endossé l’uniforme rose de la Guerrière de l’Amour en 2014.

Mais défendre la belle idée du « tous unis » ne signifie pas qu’on doive manger son casque rose et se taire, quand on constate, pas juste des erreurs (qui, on le comprend, sont humaines) mais des choix aux conséquences aujourd’hui tragiques, opérés depuis des années par les politiques au pouvoir : casse de l’hôpital public et du système de santé, imprévoyance totale pour anticiper les crises sanitaires (le professeur marseillais Didier Raoult avait alerté les pouvoirs publics sur les dangers d’un virus respiratoire… depuis 2003 !) et de façon générale, écrasement financier et moral de tous ceux qui sont en train de porter le pays à bout de bras, sans moyens, avec un courage héroïque dont les mecs « au sommet de l’état » n’ont, pour l’instant, pas montré le centième du quart du dixième.

Il n’y a rien d’incompatible à dresser ce noir constat, et faire montre d’une « énergie positive », au contraire : c’est parce que nous nommons dès maintenant ce qui ne va pas et dont nous ne voulons plus, avec une lucidité ferme et constructive, que nous pourrons le changer.

Et puis, il serait temps de se défaire de cette étrange habitude qui consiste à « se rassembler derrière le chef » : pourquoi ne pas prendre l’optique inverse ? Pourquoi ce ne serait pas « les chefs de la nation » qui se rangeraient derrière nous, ou plutôt – pour en finir avec cette logique dominante – à nos côtés, pour écouter nos besoins, et mettre en oeuvre nos propositions, qui toutes vont dans le sens du choix de l’humain et de la vie ?

Si les « hauts-responsables » sont prêts à nous rejoindre sur notre terrain, et à s’amender – individuellement et dans leurs actes politiques – l’Army of Love leur ouvrira ses rangs comme à tous ses frères et soeurs !

Sinon ? Sinon, on les attendra pas.
Le changement, ce sera nous.

C’est déjà nous : on n’a jamais assisté, foi de Major Pinkie ! à de si grands mouvements de solidarité, organisés à la fois spontanément et intelligemment. »