Fais cooommeee l’oiseauuu…

Je vous invite à être l’oiseau qui plane librement dans le ciel

déclenchant ainsi la méfiance de ses comparses enfermés dans leur cage, et à l’assumer totalement, dans une joie de vivre pleinement déployée qui emporte tout dans son sillage !

Et puis, il suffit souvent qu’un premier oiseau donne l’exemple, pour que les autres, voyant que c’est possible, et que même c’est bien ! de sortir de la prison, s’élancent à leur tour…

Le dessin est de l’ami Claude Pelet (dont vous pouvez retrouver les merveilleux dessins sur Facebook), “artiste libre”, comme il se définit lui-même.
Des bises qui volent jusqu’à vous !

De décret en décré… pitude de nos libertés ?

ALERTE : « Nouveau décret pris par le 1er ministre en France dans le cadre du plan d’urgence sanitaire :
A compter du 7 octobre 2020, le port du casque rose et d’un préservatif sur le visage deviennent obligatoires dans les lieux publics ».

… dit comme ça, ça vous semble débile ? C’est pourtant le type d’ordres imbéciles et liberticides qu’on nous donne chaque jour, sans aucun fondement scientifique. Et à quoi on consent majoritairement.


*Ceci est un constat, provocateur, mais sans jugement : fidèle à mon rôle d’influenceuse de joie, je tente de secouer les esprits avec humour et bienveillance, et en m’incluant moi-même dans les aberrations que j’observe.

La joie d’être libre de l’approbation et du jugement !

De l’instant où toi tu sais ce qui te donne la joie, le kiff et l’enthousiasme, n’attends aucune permission, ne recherche aucune approbation, ne te laisse perturber et retarder par aucun jugement.

Nul, pas même le plus grand expert dans la voie que tu t’es choisie, ne sait mieux que toi ce que tu ressens, ce que tu aimes et ce que tu veux. Des critiques, ne garde que celles qui partent d’une intention bienveillante, constructive, utile à ton évolution. Et de toute façons au final, c’est toi qui trancheras et décideras.

C’est toi le boss

Tu es seul maître à bord. Les personnes que l’on trouve originales et talentueuses l’ont compris et n’en font qu’à leur tête, que selon leurs critères et les repères de leur boussole interne, en accord avec leur monde intérieur. Elles nous inspirent parce qu’elles explorent, se lancent, s’aventurent dans des voies inconnues ou non conformes.

« J’aime, j’aime pas ! »… et alors ?

Auteure et comédienne, je m’expose aux applaudissements comme aux « j’aime pas », aux éloges comme aux critiques sans appel. Et, selon la formule consacrée par Corneille dans sa tragédie Cinna : « J’en accepte l’augure! » Cela m’a même inspiré deux petites vidéos, où je joue une farouche détractrice de Martine Plaucheur, et une fervente fan.