L’étrange autocensure des artistes

On les a beaucoup entendus pendant le confinement…

Concerts généreusement offerts, publication de leur « journal d’un confiné », incitation à nous faire applaudir à nos balcons…

Et étrangement, aujourd’hui, comme le remarque Fabien Moine dans cette analyse à la fois percutante et subtile : c’est le silence assourdissant de « la grande famille » des artistes!… à quelques exceptions près qu’il convient donc de saluer.

Ah mais je sais ! Ils sont sûrement en train de préparer les nouveaux concerts et les nouveaux textes dont ils vont nous régaler, pendant le reconfinement qui, grâce entre autres à leur mutisme, se prépare tranquillement lui aussi.

Le pessimisme, cette posture anti-vie

Il est une phrase de Christiane Singer (écrivain, essayiste, romancière… être lumineux irréductible à toute définition) qui résume la raison d’être de ce blog voué à la Joie. Lui donne un sens, une utilité et, osons le rêver, une parcelle de la joie éternelle de Christiane :

« Le pessimisme m’ennuie à mourir. Il croit si bêtement que ce qui a été va se répéter. Peut-on imaginer plus d’incapacité créatrice que cette attitude-là dont je ne serai jamais adepte ? »

Christiane Singer est née le 23 mars 1943 à Marseille, ma ville. Avant que le voyage s’achève, le 4 avril 2007, elle nous a laissé ses Derniers fragments d’un long voyage, un livre vivant et beau au-delà de toute frontière, d’où cette citation est extraite.

Du pain dur et même plus de jeux pour le peuple !

Bonjour les téméraires partisans du cap de l’optimisme ! Mais bon, si vous n’étiez pas des confiants en la vie têtus et obstinés, vous ne suivriez pas ce blog…

Oui, je dis téméraires, parce qu’avec ce qu’on vient encore de se prendre sur la tête, avec les annonces d’Emmanuel 1er hier soir… mais nous n’allons pas nous laisser abattre! Nous aussi, nous allons riposter par un grand coup d’humour ! Et quitte à nous départir de cette élégante réserve qui caractérise nos publications ici, on y va fort aujourd’hui !

Voici la vidéo d’un boulanger qui respecte strictement les mesures sanitaires :

Un reportage signé Zéro Patron… D’ailleurs, si vous pouviez vous abonner à notre chaîne pour nous soutenir, ça serait pas de refus, surtout par les temps de pain dur qui courent ! merci 🙂

Haut-les-coeurs et haut les… non, je vous dis pas, vous verrez la vidéo.

Martine Plaucheur, Influenceuse de Joie, en réponse au couvre-feu ordonné par le Président de la République française, le 14 octobre 2020

Fais cooommeee l’oiseauuu…

Je vous invite à être l’oiseau qui plane librement dans le ciel

déclenchant ainsi la méfiance de ses comparses enfermés dans leur cage, et à l’assumer totalement, dans une joie de vivre pleinement déployée qui emporte tout dans son sillage !

Et puis, il suffit souvent qu’un premier oiseau donne l’exemple, pour que les autres, voyant que c’est possible, et que même c’est bien ! de sortir de la prison, s’élancent à leur tour…

Le dessin est de l’ami Claude Pelet (dont vous pouvez retrouver les merveilleux dessins sur Facebook), “artiste libre”, comme il se définit lui-même.
Des bises qui volent jusqu’à vous !

Refuser de céder à la terreur n’est pas un optimisme imbécile !

Après « complotiste », un néologisme méprisant vient de sortir dans les médias, pour ridiculiser qui ose contester le discours dominant : « rassuriste »

Rassuristes, ceux qui contredisent la propagande de peur officielle, en donnant les vrais chiffres d’hospitalisations et de décès, très nettement en-dessous de la fiction terrifiante qu’on nous martèle à longueur de temps.

Alors, ce post ne va pas être « rassuriste ». Il va vous livrer une conviction profonde que je n’ai pas pêchée dans un conte de fée, mais bâtie sur une observation et une analyse des faits qui se succèdent depuis plus de 7 mois :

Ils ne s’arrêteront pas tant que la population acceptera.
Non seulement ils ne s’arrêteront pas, mais ils vont intensifier jusqu’à l’insupportable.

Et à ceux qui attendent passivement, en pensant que « ça va se tasser tout seul » je dis : vous vous trompez.

Ce n’est pas un message de désespoir, c’est tout l’inverse : tout est entre nos mains. Tout dépend de nous. Et la question nous est enfin offerte de savoir et de choisir :
Quel monde voulons-nous ?

De décret en décré… pitude de nos libertés ?

ALERTE : « Nouveau décret pris par le 1er ministre en France dans le cadre du plan d’urgence sanitaire :
A compter du 7 octobre 2020, le port du casque rose et d’un préservatif sur le visage deviennent obligatoires dans les lieux publics ».

… dit comme ça, ça vous semble débile ? C’est pourtant le type d’ordres imbéciles et liberticides qu’on nous donne chaque jour, sans aucun fondement scientifique. Et à quoi on consent majoritairement.


*Ceci est un constat, provocateur, mais sans jugement : fidèle à mon rôle d’influenceuse de joie, je tente de secouer les esprits avec humour et bienveillance, et en m’incluant moi-même dans les aberrations que j’observe.

Le message du petit point bleu pâle…

Du plus loin que nous pouvons l’observer, la Terre devient un point bleu pâle…

Un point bleu pâle : c’est au génial astronome, poète du cosmos Carl Sagan, que revient la paternité de cette appellation. Elle nous renvoie à une vertigineuse humilité, mêlée à une incommensurable magie…

Voilà, vous le voyez, ce point infime que devient notre demeure terrestre, tel que l’a photographié la sonde Voyager en 1990 ? Un grain de poussière céruléen en suspension dans l’infini…

Le regarder, ou y songer ne serait-ce qu’une seconde, devrait nous ramener immédiatement à l’essentiel. Qui est de prendre soin les uns des autres. Et pourtant…

Je me tais. Et vous laisse écouter, comme un secret consolateur qu’une étoile vient nous murmurer à l’oreille, les mots de Carl Sagan :

« Il n’y a peut être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule.

Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir, ce point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue ».

Comme des enfants !

Samedi soir, on s’est amusés comme des enfants, sur la scène de la Divine Comédie à Marseille.

C’était la 1ère de notre nouvelle création « Sous les planches ».

Les Zéro Patron remercient le public venu s’amuser avec eux !

Voici quelques photos de nos joyeuses tribulations scéniques, prises par une de nos spectatrices.

Le choix est entre nos mains, toujours

Le geôlier est celui qui ferme la porte de notre prison, et donc aussi celui qui détient la clé de notre libération.
Une évidence logique qui m’amène à vous partager la théorie anticipatrice que voilà (j’assume de me tromper, car prendre ce risque est le prix à payer pour qui tente de penser librement)

Nos décideurs-geôliers actuels vont bien verrouiller la porte de notre prison, et faire monter la pression des interdits qu’ils nous assènent jour après jour (avec une constance acharnée et planifiée qui tient du sadisme), jusqu’à un point intolérable (probablement un reconfinement), pour pouvoir nous annoncer alors, avec des grands airs de sauveurs :
« Ah ! enfin ! nous allons vous donner la clé de votre libération ! Plus de masques, lieux publics rouverts, liberté de circulation retrouvée ! Mais pour cela, il va falloir faire quelques « petites » concessions… Oh 3 fois rien, vous allez voir ! Et puis, n’oubliez pas que c’est la clé de votre retour à la « vie normale »!… Nous vous proposons donc : un vaccin, les tests systématiques généralisés, et un « pass » du bon citoyen vacciné, négatif, et en « statut vert », pour pouvoir enfin retourner au resto, au cinéma, à la salle de sport, voyager de nouveau… »

Et qu’est-ce qu’on dira et fera alors ?

Mais je crois savoir, et je crains, que si on ne dit ni ne fait rien maintenant, avec le pauvre espace de libertés-peau de chagrin qui nous reste – et qui me permet encore d’écrire ce texte – ce que nous subissons aujourd’hui nous semblera doux, en comparaison de ce qui est en train de se mettre en place et nous attend.

Je ne livre ce texte ni à votre approbation ni à votre critique (mais bien sûr, elles sont entièrement libres), mais à votre réflexion.

Martine Plaucheur, auteure comédienne – le 28 septembre 2020